La Chambre Vide (Lettres Vives - 1995)

Publié le par danse-avec-les-mots

ancet3

 

 

Le moment où la nuit pénètre le jour
est invisible
comme les deux corps qui s'aiment et s'oublient.

De longs silences les traversent
plus musique que la plus pure musique,
un espace pour disparaître et demeurer pourtant.

Ils ne savent que l'instant
qui n’en finit pas d’être l'autre,

ils ne savent que le sang dans la lenteur des mains,

dans la moiteur de l'impossible
le lent éclair qui trace et foudroie leur image.

Publié dans Jacques Ancet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article